N° 28 - décembre 1998

LetAsdif.gif (14908 octets)

Asdifl.gif (4628 octets)

Association de didactique du français langue étrangère - 101, boulevard Raspail, F-75006 Paris. Téléphone et fax : +33 (0)1 45 44 16 89


L'année qui vient de s'achever a été très fructueuse pour l'Association, et les Rencontres du 28 janvier en seront encore la manifestation pour 1999 cette fois, avec l'aide précieuse de Michel Boiron. Le Cavilam est, depuis le début, une maison amie de l'Asdifle et nous nous réjouissons de voir la collaboration se poursuivre. Le thème retenu en 1999 pour les Rencontres est celui de la formation des enseignants et des nouvelles voies qui s'ouvrent à elle. Le développement des technologies de l' information et de la communication a en effet un rôle de catalyseur sur des changements qui s'amorçaient dans l'acquisition des langues. Le plurilinguisme, la nécessité de répondre à des demandes spécifiques, la place des langues vivantes dans le primaire, l'industrialisation des systèmes éducatifs, imposent parallèlement de repenser les profils des professionnels de notre champ et de leur permettre d'acquérir de nouvelles compétences en formation initiale et en formation continue. Aussi proposons-nous en janvier de présenter des expériences de formations et en septembre des projets d'innovation concernant la formation.

Le champ, lui aussi, se renouvelle constamment, de manière naturelle. C'est ainsi que Marie-José Gremmo vient de succéder à Henri Holec à la direction du Crapel de Nancy. Nous lui présentons tous nos vœux. L'année 1998 a ainsi vu le départ en retraite de nos deux premiers présidents : Louis Porcher, notre fondateur, et Henri Holec son successeur, tous les deux présidents d'honneur. Nous leur souhaitons un heureux temps libre, les remercions vivement et leur adressons nos plus fidèles amitiés.

Enfin qu'il me soit permis, en mon nom propre, et pour l'ensemble de l'association, de vous présenter à tous nos meilleurs vœux, chaleureux et fidèles, pour 1999.

Marie-José Barbot,
présidente de l'asdifle


A l'Alliance Française de Paris

L'évolution du FLE obéit à des règles que personne ne connaît vraiment. Elle est toujours inscrite dans des mouvements sociaux complexes.C'est en termes de tensions que l'on peut décrire la situation dans laquelle tous les acteurs, peu ou prou, sont embarqués. Si l'on veut décrypter notre époque, il est essentiel de comparer le présent et le passé.

Eric Delamotte a engagé avec prudence ce questionnement autour de la transformation du monde du travail éducatif. Avant la toute prochaine parution du "Commerce des langues" qui explore loin des sentiers balisés de la didactique la réalité rude et forte de la diffusion du français, l'auteur a voulu dialoguer avec les membres de l'Asdifle. La conférence du 7 décembre a porté sur une des questions centrales de son ouvrage : le mode d'organisation du travail et de la gestion des ressources humaines dans le FLE.

L'épuisement du modèle "scolaire"

Eric Delamotte a d'abord fait un tour d'horizon des indices d'une mutation du champ à un moment où, de manière à la fois manifeste et obscure, la cohérence du modèle "scolaire" est en crise.

Schématiquement, l'organisation de l'offre oppose deux grandes configurations : la première repose sur la production de longues formations standardisées sur un même moule (ou une même méthode) que l'on retrouve partout aux quatre coins de la planète. La seconde configuration repose sur une main-d'oeuvre qualifiée qui produit des services très largement différenciés, adaptés aux goûts changeants des consommateurs exigeants.

Au cours des années 50, dans le champ du FLE comme ailleurs, la "production de masse" l'avait emporté sur la production différenciée, imprimant sa marque à l'ensemble de la société et modelant progressivement le mode de vie lui-même. Depuis le début des années 80, on assiste à un renforcement de la différenciation des publics et des attentes et d'une plus grande sélectivité des choix des usagers. Parallèlement on est passé, en simplifiant, d'une régulation politique où le français est un bien public, à une régulation marchande où le français est un produit culturel. Mais l'on peut se pencher sur d'autres indices. Prenons l'horizon temporel, le changement est encore plus spectaculaire : aujourd'hui, le cours intensif a remplacé une vision extensive et "scolaire" de l'apprentissage. Enfin, si l'on observe les technologies éducatives qui, depuis très longtemps, sont une des caractéristiques du FLE, là aussi on peut constater un basculement : les technologies étaient autrefois un auxiliaire de l'enseignant, aujourd'hui elles sont au centre du dispositif d'apprentissage.

L'organisation du travail

On peut caractériser l'ancienne division du travail dans le FLE par une régularité de l'activité inscrite dans la planification de l'emploi du temps et des progressions, une séparation entre le pédagogique et l'administratif, une conception du travail dans laquelle l'activité était organisée autour de la classe de langue où l'enseignant est maître de son travail.

Par opposition, la nouvelle organisation du travail prend en compte la flexibilité de l'activité (saisonnalité, différenciation des dispositifs), une intégration pédagogie/administration, le développement de la polyvalence des tâches et une augmentation des activités situées à côté de l'acte de l'enseignement. Dans ce cadre, les enseignants développent des savoirs collectifs pour l'action. On perçoit l'apparition de "praticiens-chercheurs" qui réinventent collectivement et régulièrement le cadre du travail.

Pour le moins, la complexité de l'activité nécessite une plus grande maîtrise

des événements. On assiste à une généralisation des référentiels (échelle de progression, contrats d'objectifs). Les institutions réfléchissent sur les modes de coordination. Chacun est amené à posséder de nouvelles compétences communicationnelles pour participer aux réunions de préparation, de régulation et de bilan. Les centres de langues essayent de capitaliser l'expérience produite*.

La gestion des ressources humaines

Tous les organismes n'obéissent pas à la même logique pour ce qui concerne la Gestion des Ressources Humaines. Cependant, dans ce domaine, dont on ne parle pas souvent dans le l'on retrouve dans d'autres secteurs des services :

- le modèle de l'externalisation : l'équipe est réduite à un noyau dur de formateurs et d'administrateurs permanents à temps plein (détachés, CDI) ; l'action pédagogique devient principalement l'affaire de salariés d'un second marché. Huit personnes sur dix n'appartiennent pas en propre à la structure (les intérimaires du FLE). On gère les à-coups du marché au prix d'un turn-over accéléré.

- le modèle de l'internalisation : l'équipe de salariés est constante, mais le temps partiel y est fréquent. L'ajustement de l'activité aux fluctuations de la demande passe par la variation du travail. On gère les à-coups par une forme de précarisation. Il n'y a pas de second marché.

Le travail devient plus riche et moins routinier au moment où les conditions de travail sont plus rudes . Les formes d'intégration et de solidarité qui contribuent à structurer le FLE sont mises en question.

Dans la deuxième partie des Lundis de l'Asdifle, de nombreuses questions et des témoignages ont permis de préciser le contour de cette époque contradictoire. A coup sûr, le débat sur l'évolution des métiers et du marché du travail est engagé.

Eric Delamotte, université de Rouen, UPRESA 6065 CNRS


Delamotte, E. : Le commerce des langues. Collection Essai, Paris, ENS Fontenay/St-Cloud. Didier, 1999.

* Moeglin, P. : L'industrialisation de la formation. Etat de la question. CNDP, 1998.


Colloques

EUROCALL'99 : 15-18 septembre 1999, l'EUROpean association for Computer Assisted Language Learning tiendra son congrès annuel sous le titre :
Systèmes d'information et de communication (SIC) dans les situations diversifiées d'apprentissage des langues.

Date limite pour les propositions de communication : 31 janvier 1999.

EUROCALL'99

Laboratoire LIB, université de Franche-Comté

16, route de Gray
25030 Besançon Cedex

Tél. : +33(0)3 81 66 64 53

Mél. : eurocall99@lib.univ-fcomte.fr


24-25 juin 1999 : Jila 99, journées de linguistique appliquée à Nice. La didactique des langues, nouvelles technologies et apprentissage des langues, échec scolaire en langue maternelle et en langue seconde, lexicologie et terminologie.

Université de Nice. Sophia Antipolis

Laboratoire d'Ingénierie Linguistique et de Linguistique Appliquée

98, bd E. Herriot
B. P 209
06004 Nice cedex 3

Tél. : +33 (0)4 93 37 54 39

Mél. : jila@lilla.unice.fr


Parutions

L'industrialisation de la formation. Etat de la question. Sous la direction de MOEGLIN, P. CNDP, 1998.

Les genres télévisuels dans l'enseignement. Coordonné par JACQUINOT, G. et SERCEAU, M. Hachette/CNDP, 1998.


Rappel

L'Asdifle et le cadre de référence

Plus de 130 adhérents de l'Asdifle ont reçu, au début de l'année, le Cadre de référence du Conseil de l'Europe avec pour projet d'en faire l'application et de renvoyer le questionnaire d'accompagnement en octobre. A ce jour, nous n'avons reçu que quatre réponses ! Où sont les 120 autres ? Nous les attendons (et Strasbourg encore plus) avec impatience et intérêt.

Simonne Lieutaud


Divers

ARTE HEBDO, cours en ligne pour la formation des enseignants de français langue étrangère, a été testé de septembre à décembre 1998 en Allemagne et en Autriche. Il a été bâti semaine après semaine par une équipe pluridisciplinaire composée de spécialistes du FLE et des médias, de didacticiens du CIEP, du CLEMI et de journalistes. Après une brève initiation à Internet, il a pour objectif de perfectionner et d'actualiser les compétences linguistiques, socioculturelles et didactiques des enseignants. Il repose sur une sélection hebdomadaire du journal d'ARTE transmise par satellite et offre un ser-vice en ligne comprenant, en liaison avec les reportages, un choix étendu de modules.

En janvier, la phase de test laisse place à un bilan d'exploitation en vue d'un prolongement éventuel de cette expérience.

Ingrid Bellot

La Cinquième - La Sept ARTE

Direction du développement

Atelier multimédia européen

8, rue Marceau
92785 Issy-les-Moulineaux cedex 9

Tél. : +33 (0)1 41 46 56 14

Mél. : mailto:i-bellot@paris.arte.fr


L'Asdifle à Expolangues 1999

Table-ronde le mercredi 27 janvier 1999  de 9 h 30 à 12 h 30 à Expolangues

"Les médias, un enjeu pour le monde éducatif" avec RFI, TV5, le Ministère des Affaires Etrangères, le Monde de l'Education et ARTE
animée par Michel Boiron, vice-président de l'Asdifle.

Vendredi 29 janvier 1999 de 10 h à 18 h avec le
Groupement des Associations pour le Développement du FLE (GADFLE),
trois thèmes :


Comité de rédaction : Sandrine Billaud, Catherine Houssa, Catherine Le Hellaye, Simonne Lieutaud, Louis Porcher.

Comité de publication : Jean Alayrangues, Marie-José Barbot, Élisabeth Guimbretière, Michel Massacret.

Mise en toile : Alain Schneider